Le 28 janvier, les classes de seconde ont pu écouter l’écrivain Yannick Haenel et échanger avec lui, plus particulièrement autour de son roman «Jan Karski» paru en 2009 et pour lequel il obtint le prix du roman Fnac et le prix Interallié.

Ce roman, c’est d’abord la rencontre avec un homme «extra-ordinaire», ce Jan Karski, que l’écrivain découvre à travers son témoignage dans le film de Claude Lanzmann, «Shoah». Trop bouleversé pour témoigner devant la caméra, Jan Karski s'interrompt et Claude Lanzmann filme… une chaise vide. C’est cette « béance », comme la décrit Yannick Haenel, comme un appel au secours, qui le pousse à écrire sur cet homme, lui qui n’a jamais écrit sur quelqu'un d’autre que lui-même.

Qui est Jan Karski ?

Un oublié de l’histoire jusqu’en 2009, au destin à la fois incroyable et tragique. Chargé par le gouvernement polonais en exil de témoigner auprès des forces alliées du sort réservé aux juifs par les nazis dans la Pologne occupée (en tant que membre de la résistance polonaise, il fut introduit clandestinement dans le ghetto de Varsovie et dans un camp nazi d’extermination des juifs), il se heurtera à leur incrédulité ou à leur impuissance et le message qu’il portera auprès du président Roosevelt ne sera pas suivi de l'effet escompté.

Ce porteur d’un message que personne ne voulait entendre, du message « le plus urgent du monde », aurait pu arrêter l’holocauste mais il a dû vivre dans la solitude et le désespoir de celui qui n’a pas été entendu.

Comment raconter, trouver des mots pour parler de l’impossible ? C’est aussi le challenge de l’écrivain et le défi auquel Yannick Haenel a été confronté en s’attaquant à cette œuvre.

Il a choisi pour ce livre une construction en 3 parties :

La 1ère partie est une sorte de mémo, la retranscription de la parole de Karski dans le film «Shoah» et de toutes les impressions ressenties par Yannick Haenel lors du visionnage de ce témoignage.

La 2ème partie, c’est l’écriture de Karski, qui avait également témoigné dans un livre.

Dans la 3ème partie, l’auteur s’est autorisé à injecter de la fiction dans le réel pour raconter, à la place de Karski, comment il a vécu avec ce secret.

Yannick Haenel, qui a expliqué sa difficulté à écrire ce livre, si différent de ses précédents ouvrages, a aussi témoigné du miracle de l’inspiration, « comme un feu » qui embrase l’écrivain et guide sa main, pour lui faire écrire « des choses plus grandes que lui, des choses fortes, essentielles ».

Interrogé par les élèves sur les accusations de plagiat dont il a été l’objet, Yannick Haenel s’est défendu d’avoir copié Claude Lanzmann qu’il a, de façon très explicite, cité en exergue et dans la 1ère partie de son roman.

Il est revenu plus longuement sur les débats qui l’ont opposé aux historiens qui considéraient que la fiction est mensonge. Et de partager avec les élèves une réflexion sur le paradoxe de la littérature : c’est parfois le recours à la fiction qui peut permettre de toucher au plus près la vérité de l’être.

Avec ce roman, Yannick Haenel, inspiré par l’art moderne, explique avoir voulu procéder à une « installation littéraire », une expérience pour le lecteur qui découvre dans le même livre des éléments qui relèvent du documentaire – on écoute Jan Karski, on le lit – et de la fiction, l’invention par l’écrivain de ce que cet homme a pensé.

Ce roman, dont Yannick Haenel considère qu’il est peut-être plus accessible aux jeunes que ses autres ouvrages de par son écriture, peut aussi amener jeunes et moins jeunes à réfléchir sur le sens d’un destin : que fait-on de sa vie ?

Jan Karski dont la voie était toute tracée se révèle à lui même en étant dévié de sa trajectoire…

L’auteur conclut en répondant à la question d’une élève : ce livre, c’est à la fois un hommage et un message, qui serait que l’histoire du mal n’est pas seulement cantonnée au nazisme, et aussi un espoir…que la parole puisse changer quelque chose, empêcher d’autres génocides.

Lycée français de Düsseldorf

PRONOTE

Entrez le corps du texte ici ...

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player